Cercle Nantais d'Aïkido, un club d'aikido à Nantes

CERCLE NANTAIS D'AÏKIDO (C.N.A.)

L'apprentissage de soi dans la relation à l'autre.

 

DEROULEMENT D'UN COURS.


Cette description n'a pour autre but que de donner une grille de lecture, un décryptage d'un cours d'aïkido. En effet, le profane qui découvre cet art martial sans rien n'en connaître peut être déconcerté par les apparences qu'il peut en donner. Les plus ignorants n'hésitent pas à parler d'apparence sectaire. Ce n'est pas un cours-type mais plutôt une tentative pour expliciter des notions de bases nécessaires afin d'apprécier le déroulement d'un cours.


UN RITUEL

Selon Mitsugi Saotome, "en pénétrant dans un dojo d'arts martiaux pour la première fois, les occidentaux sont souvent gênés ou impressionnés par les innombrables saluts et toutes les formes d'étiquette. Tous ces rituels semblent exagérés, superficiels et inutiles. Cependant, chaque règle concerne la sécurité et le bien-être de tous."

Et en effet, le déroulement d'un cours est très ritualisé. Comme tout rituel, cela peut paraître rigide et contraignant. André Protin en donne une autre vision : "Le rituel, dans tous les dojos d'aïkido, propose aux pratiquants toujours le même ensemble de gestes, de signes qui facilitent les relations et qui finissent toujours par être compris comme le désir commun d'obéir à un ordre valable pour toute la communauté en même temps que pour chacun."

Le rituel permet à tout moment de connaître sa place au sein du groupe. Chacune des actions de l'étiquette du dojo a une signification propre.

LE SALUT

Salut assis ou zareï

Avant d'entrer sur le tatami, chaque pratiquant dépose ses armes au bord du tapis. Il entre ensuite en reculant et en ôtant ses zoris. Il salut en s'inclinant le maître et fondateur de l'aïkido, M. Ueshiba, dont la photo orne l'un des murs (le kamiza).

Après un temps de préparation physique et mentale individuel, les pratiquants se regroupent sur une ligne face au kamiza en position de seiza. L'enseignant vient se placer dos au portrait du maître et face aux élèves. Il marque un temps plus ou moins long. Ce temps où les pratiquants sont assis en seiza, immobiles, le corps droit permet de se concentrer, de se rassembler et de faire une rupture avec le monde extérieur.

L'enseignant se retourne et s'incline, le front au tapis, pour saluer le maître, imité par ses élèves, puis fait à nouveau face à ses élèves pour un salut mutuel. Ce salut ne constitue pas une cérémonie religieuse mais symbolise le respect pour l'esprit de l'aïkido transmis par l'enseignant et un signe de gratitude pour son fondateur.

L'ÉTUDE

Après une préparation consistant à s'échauffer et permettre de poursuivre cette prise de conscience du corps commencée lors du salut en position de seiza, l'enseignant démontre les techniques. Le contenu du cours est à chaque fois différent : nous ne rentrerons donc pas dans le détail.

L'aikido est non violent et ses techniques défensives sont basées sur l'esquive et le désequilibre. Sur le tatami, dans la pratique, chacun est tour à tour attaquant et attaqué. On utilise le terme de TORI pour désigner celui qui exécute et projette ou immobilise le partenaire et de UKE pour celui qui attaque et subit la technique. Les rôles de Uke et de Tori sont d'égale importance et sont complémentaires dans la situation qui sert de cadre d'étude. Si on peut parler de "simulacre de conflits", ce n'est pas au sens péjoratif du terme mais plutôt comme le définit Franck Noël : l'étude est une représentation du combat. Elle correspond à un ensemble de situations reproductibles, compréhensibles et maîtrisables alors que le combat, lui, est unique, imprévisible et hypothétique.

Visuellement, c'est assez différent de beaucoup d'arts de combat dans lesquels les actions des adversaires témoignent d'une résistance et d'efforts donnant à voir un affrontement. Là, au contraire, on assiste à de nombreuses chutes qui permettent principalement de se dégager d'une technique. Elles ne sont pas subies mais contrôlées.

Les techniques sont démontrées plus qu'explicitées par des mots. "L'aïkido est expérience". L'ambiance est à la recherche personnelle, à l'écoute de ce que ressent le corps et à la perception de l'environnement. Il existe de nombreuses formes d'une même technique toutes nommées en japonais. Cet aspect n'est pas essentiel. Le nom des techniques s'acquiert au fil de la pratique.

Un cours se déroule dans une ambiance particulière, empreint de calme et de recherche personnelle. L'origine japonaise de l'art martial et son aspect très ritualisé lui confère un aspect ésotérique qu'il faut dépasser. Le meilleur moyen est encore d'essayer.

L'AIKIDO A NANTES, UN CLUB : LE CERCLE NANTAIS D'AIKIDO.